schloubougks

lundi 21 avril 2014

Pèlerinage à la Côte d'Azur - Conclusion

Mon feeling était bon: ces vacances furent excellentes, reposantes, dépaysantes, bref, géniales.

Il y a beaucoup de choses à voir dans le coin et Hyères est un bon point de ralliement. Les petites criques sont superbes, mais uniquement hors saison si vous voulez avoir la paix. La végétation est incroyablement luxuriante et exotique.

Si vous aimez les parfums, Grasse est bien évidemment une étape incontournable. Je conseille nettement plus Molinard pour les visites que Fragonard ou Galimard. Même chose pour les parfums, les Molinard m'ont l'air plus beaux, plus construits, plus tenaces. 

Je ne peux que conseiller Massacan à quiconque veut rester dans cette belle région et profiter d'une belle chambre au calme avec une vue splendide, une table d'hôte excellente et des hôtes tout simplement adorables.

Maison Massacan
Site via Charme et Tradition - Massacan
Avenue du Golf
Cavalière
83980 Le Lavandou
tel: +33 04 94 05 88 57
GSM Kathy: +33 06 10 02 38 59
email: katcibel@gmail.com

Photo: site Charme et Tradition

Pèlerinage à la Côte d'Azur - Jour 7 et 8

Lundi 30 septembre

Aujourd'hui, nous avons décidé de choquer tous nos proches en allant à la plage. En maillot. Pour prendre le soleil. 

Shocking!

Nous prenons le petit déj' vers 09.30 mais alors que Maguth me guide pour sortir la voiture du petit parking, je l'entend me dire "va y avoir un problème là". Je sors et constate que, en plein milieu du chemin, se trouve un âne. 



Il s'agit de Geronimo. Kathy et Patrick arrivent de suite pour le ramener dans la colline, mais il refuse de bouger. Nous rigolons et gratouillons Geronimo, dont la lèvre inférieure devient toute molle quand je lui gratte les oreilles. Patrick tente alors de l'appâter avec du pain et des peaux de fruits mais Geronimo est amoureux de moi et décide de me suivre partout. Je dois lui expliquer que je suis mariée et que ce n'est pas possible. Il me dit qu'il n'est pas jaloux mais c'est une histoire impossible. De dépit, Geronimo suit Patrick et se réfugie dans la nourriture.



Après avoir éconduit Geronimo, nous pouvons nous rendre à la plage de Cavalière (à 5 min en voiture de Massacan). Nous louons des transat et un parasol sur une plage d'un hôtel (qui ne demande qu'à se faire des sous sur ces locations inespérées hors saison). Je tente alors une entrée dans ce machin bleu qui s'appelle la mer et que j'aimais tant quand j'étais petite. L'eau est fraîche mais pas désagréable. Je rentre lentement dans l'eau avant de tenter quelques brasses et de me laisser emporter par les vagues en poussant de joyeux "Wiiiiii!". Perdant pied, je bois une bonne tasse, ce qui me remémore que l'eau de mer, c'est quand même bien salé et dégueulasse.



Nous passons 2 heures à la plage, Maguth a lire et à me réveiller pour que je me retourne comme une crêpe. L'effet plage+vague a un effet somnifère terrible sur moi. Nous mangeons dans un resto le long de la plage, pas de la grande cuisine mais pas trop cher non plus, puis la vue faisait si vacances...

Nous rentrons à Massacan vers 14.00 et j'en profite pour finir mon livre sur la terrasse. Maguth en profite pour marcher un peu et emprunte le sentier balisé par Kathy et Patrick (il me confirme que le sentier est clairement impraticable en sandales). 

L'après-midi passe lentement et langoureusement, et nous allons rejoindre Kathy et Patrick pour notre dernier repas en leur compagnie. Patrick nous a préparé une anchoïade délicieuse, et Kathy un cake aux fruits de mer et au chou-fleur, une daube de poulpe (pourpre en provençal) et une charlotte aux fruits et au rhum que nous n'avons pas pu finir tant le repas était copieux. Nous avons ris de bon cœur et je suis nostalgique de ces repas joyeux et délicieux, autant pour la nourriture que pour la compagnie.

Demain, nous reprenons la route et je pense à faire le trajet en une fois...

Mardi 1er octobre

Nous nous levons à 08.00, faisons nos sacs et prenons notre dernier petit déj' sur cette belle terrasse avec Pita et Youki qui vont me manquer. Je savoure mon dernier croissant à la confiture d'orange et profite encore un peu de cette belle vue et de ce calme si régénérateur. Ses vacances étaient parfaites.

Nous nous mettons en route à 10.00 après avoir quitter Kathy et son rire si contagieux, Patrick et ses histoires avec M. Bertrand, les sangliers et les chasseurs, l'adorable Pita et le vieux sage Youki. Ils me manqueront, c'est sûr. 

J'ai finalement réussi à faire le trajet en une fois. Nous sommes rentrés à 22.00 et j'ai couru chercher mon petit cœur, ma petite Lucy, qui semble avoir elle aussi passé de bonnes vacances chez sa Tata Ju. Nous la ramenons à la maison, un peu perturbée, et allons nous coucher tous les trois, heureux. 

dimanche 20 avril 2014

Pèlerinage à la Côte d'Azur - Jour 6

Dimanche 28 septembre.

La météo annonçait des orages depuis des jours, mais le temps à la Côte d'Azur était toujours au beau fixe: ciel bleu et 25°C. Si ce n'est que dans la nuit de samedi à dimanche, un orage a pété vers 05.00. Maguth et moi nous sommes levés, sans doute réveillé par la lueur stroboscopique du ciel. Nous avons donc assistés, médusés, à une des plus belles choses que nous ayons vu: un orage lointain dans les collines, silencieux mais terriblement violent.





Nous décidons de nous lever à l'aise. Après tout, c'est dimanche. Patrick nous ayant parlé d'un marché où l'on vend des produits locaux, la Santo Coupo à Borme-les-Mimosas. Le marché est petit mais très agréable et respire de fait plus le local. Il  a des danseurs en costumes et un animateur qui se déplace de stand en stand en interviewant les producteurs, tout en profitant de l'occas' pour tout goûter. 




Nous achetons du fromage, des biscuits, des saucissons, du pain d'épice avant qu'un gros orage ne nous tombe sur la gueule. 






Nous trouvons refuge dans une crêperie du coin (les resto de Borme ont fait leurs chiffres ce jour là) en attendant que cela se calme et mangeons une crêpe bretonne. 

Une fois l'orage passé, nous rentrons à Massacan et demandons à Kathy de nous indiquer le chemin balisé par ses soins pour atteindre le sommet de la colline qui offre une belle vue sur la vallée. Un peu niaise, je chausse mes Birkenstocks mais dès le début du chemin trouvé, je me rend compte de mon erreur: non seulement il est 17.00 et les insectes ont envahis la zone, mais le sentier n'est clairement pas praticable en sandales. Nous rebroussons chemin et rentrons à Massacan où nous nous reposons et lisons sur notre belle terrasse. J'en profite aussi pour jeter un œil à la Vielle Bastide, un peu plus haut que Massacan.

Kathy et Patrick on construit Massacan de leurs mains. Cela leur a pris 10 ans mais le résultat est là: c'est une merveille. Maintenant que leurs enfants sont parti, Kathy et Patrick loue leur maison entièrement en août, et font chambre et table d'hôte le reste de l'année. La maison étant à deux étages, ils gardent le rez-de-chaussée pour eux (il s'agit d'un petit studio). Ce r-d-c ne communique pas directement avec la maison, uniquement par la route ou via un escalier de pierres qui mène à la terrasse. Massacan signifie "vielle pierre moche". Ce qui n'est pas du tout le cas de la maison de Kathy et Patrick, mais ils aimaient la sonorité de ce mot local. 

La seconde chambre d'hôtes dont ils s'occupe se situe dans La Vielle Bastide, dont ils sont en fait les gardiens. Cette maison appartient à un couple d'américain qui leur ont cédé une portion de leur propriété afin qu'ils puissent y construire Massacan, et les ont autorisés à aussi loué une de leurs chambres. Kathy et Patrick partagent donc leur temps entre Massacan pour le salon et la cuisine, et la Vielle Bastide où ils ont une petite bâtisse où ils dorment. N'ayant pas vu la chambre à la Vielle Bastide, je ne peux dire à quoi elle ressemble si ce n'est qu'elle n'a pas été décorée par Kathy. Il semblerait cependant que c'est la chambre qui a le plus de succès pour l'accès au jardin direct. Personnellement, nous étions plutôt content d'être à Massacan qui appartient et qui représente bien Kathy et Patrick.

Nous mangeons en compagnie de nos hôtes que nous considérons plus comme des potes de vacances. Le "tu" c'est vite installé, et nos discussions se font plus sérieuses ou légères selon le sujet.

Ce soir, c'est tapenade maison par Patrick (la meilleure que j'ai mangée!), poulet au Coca et au ketchup (Kathy était morte de rire car Patrick n'aime pas le Coca), plateau de fromages (miom!) et tarte aux framboises. 

Comme d'habitude, nous nous couchons repu.

samedi 19 avril 2014

Pélerinage à la Côte d'Azur - Jour 5

Samedi 28 septembre

Nous nous levons à nouveau tôt pour visiter les marchés de Hyères qui ont lieu tous les samedis. Je me régale comme d'habitude de la confiture d'orange de Patrick, et Pita et Youki ont droit à des morceaux de croissants.

Une fois à Hyères, nous garons Darth Venga dans un parking sous-terrain avant de rejoindre le marché. Je suis plutôt dépitée: ce marché est le même que ceux de Bruxelles. Des fringues, des bidules moches et inutiles, des olives, quelques produits locaux (du bois d'olivier notamment, tiens tiens). Nous décidons donc d'aller dans la vielle ville pour y acheter des souvenirs pour les potes. J'avais repéré un magasin de savons qui avaient l'air artisanal et une boutique de conserves de poissons. Surprise: ni les savons ni les conserves de poissons ne sont locales. Les conserves sont bretonnes (rhoo!) et disponibles en Belgique à Knokke et les savons sont aussi disponibles dans plusieurs villes de France. On est touriste ou on ne l'est pas après tout. 

Ayant terminé notre shopping de pigeon, je propose à Maguth de pousser jusque Grasse, la capitale des parfums, que je ne pouvais manquer de visiter. Après une heure de trajet à travers de très beaux paysages, nous arrivons à Grasse et cassons la croûte vite fait dan un McDo dégueu. 

La première firme que nous visitons est Fragonard. Il s'agit en fait du Musée du parfum Fragonard. Aucune visite en français n'étant prévue (le comble alors que nous croisons des groupes allemands et même chinois), nous pouvons visiter le Musée seuls. Le Musée est en fait un long bâtiment tout en longueur avec à gauche les anciens distilloirs, et à droite, le labo moderne. Bien évidemment, sans explications, cette visite s'avère assez frustrante et totalement inutile. Nous nous rendons donc au magasin où je me fais un devoir de faire une razzia de parfums.








Après Fragonard, direction Molinard. L'usine et musée Molinard est nettement plus agréable à visiter. 



La maison Molinard est belle et le hall d'entrée est décorée d'armoires en verre dans lesquelles des flacons antiques de parfums Molinard sont exposés. 
 


Nous avons cette fois beaucoup plus de chance: une visite guidée en français s'apprête à partir. Nous sommes donc pris en charge par Paula, petite dame ronde d'origine portugaise et toute enjouée qui nous a fait une visite absolument géniale. Elle nous guidera à travers l'histoire de Molinard, passant par les matières premières, les distilloirs, la fabrique de savons encore en usage et nous fera sentir deux parfums emblématiques de la maison. J'en profite pour lui parler de la reformulation de Habanita, parfum phare de Molinard. Paula avouera que le parfum a subit des changements, bien évidemment pour suivre les nouvelles règles sanitaires ou écologiques. 














Nous finissons la visite dans le magasin où je me refais un devoir de faire un razzia encore pire que chez Fragonard. Les ateliers de créations de parfums ont pas mal de succès, mais je suis peu tentée par le concept. Non seulement j'ai L'Antichambre à Bruxelles pour ça, mais j'estime que la création d'un beau parfum doit prendre nettement plus de temps qu'une heure. 

L'usine Fragonard étant proche de Molinard, nous décidons d'aller y jeter un œil. J'ai un peu trop confiance en moi et décide de trouver l'usine sans GPS. Résultat: nous nous perdons dans les petites rues de Grasse, qui semble être une belle ville aux milles ruelles. Nous ressortons donc le GPS et arrivons devant l'usine de Fragonard au parking le plus débile que j'ai jamais vu. Énervée par ce système à la con, je décide de partir. Après tout, la visite sera la même que chez Molinard et Paula nous avait vraiment charmé. 

Avant de partir, je force à Maguth a visiter encore une parfumerie: Galimard, la moins connue des trois. Nous manquons la visite en français de peu (il est à noter que ces visites sont toutes pareilles donc je conseille plutôt celle de Molinard, surtout si vous avez Paula) et je me rend donc au magasin. Contrairement à Fragonard et Molinard, ici, pas de libre service. Je dois me coltiner la vendeuse, très gentille au demeurant, mais m'empêchant de tout sentir. J'opte donc pour les plus vieux parfums de la maison. 

Nous rentrons à Massacan juste à temps pour savourer le succulent repas concocté par Kathy: salade de gésiers de poulets aux oignons et aux pommes (je n'en avais jamais mangé, j'ai découvert que j'adorais les gésiers à la Kathy!), lasagne et mousse au citron.

Cette nuit, j'ai décidé de dormir à la mode Kho Lanta et avec la moustiquaire...



vendredi 18 avril 2014

Pélerinage à la Côte d'Azur - Jour 4

Vendredi 27 septembre

Nous nous réveillons tôt: aujourd'hui, nous allons découvrir l'île de Port-Cros. Au réveil, je constate que mon petit corps dodu a à nouveau servi de resto "all you can eat" pour les insectes du coin. En deux jours, je cumule plus de 15 piqûres éléphantesques qui me démangent atrocement.

Après nous être goinfrés au petit déj' (correction: je me suis goinfrée, Maguth étant plus raisonnable), nous nous rendons au port du Lavandou pour y prendre le bâteau pour Port-Cros, déjà envahi par une horde de randonneurs du 3ème âge aux mollets burinés par le soleil du Sahara et aussi secs que des bâtons de réglisse périmés. Moi, à côté, avec mes basket et mon teint un peu rougeaud, j'ai l'air d'être moi. 

Il y a trois îles dans la région: Port-Cros, qui est une réserve naturelle, l'Île du Levant, qui appartient à 85% à l'armée et à 15% aux nudistes, et l'Île de Porquerolle qui est la plus touristique. 

Après un trajet de 30 min durant lesquelles ni Maguth ni moi n'avons le mal de mer tant redouté, nous atteignons Port-Cros, illuminé par quelques rares rayons de soleil tant le ciel est nuageux ce matin.





Le port de Port-Cros pourrait être le port que l'on voit dans la série "Death in Paradise" tant il est beau et exotique. Il est cependant constitué uniquement de restaurants, d'un magasin d'articles de plage, d'un B&B, de la capitainerie et de l'office du tourisme. 



Nous décidons de suivre le Sentier des Plantes: non seulement cela m'intéresse, mais c'est aussi le plus court. Il est clair que les groupes de vieux briscards qui étaient avec nous sur le bateau ont plutôt opté pour le chemin de rando le plus long et le plus ardu. Si la Sun Jae d'il y a 15 ans me voyait, je crois qu'elle m'engueulerait pour avoir perdu mon âme de randonneuse qui aime souffrir. 

Le sentier est absolument magnifique: je mitraille à tout va tant les couleurs et les textures m'impressionnent. Le petit fascicule informatif sur les plantes se révèle moyennement intéressant mais me permet de faire des pauses pour essayer de retrouver le souffle de mes 20 ans qui c'est fait la malle. 

Attention, gros paquet de photos!




Le cimetière de Port-Cros est réservé aux habitants de l'île qui y sont décédés. Ce qui explique la petite taille de ce joli cimetière perdu au milieu de toute cette végétation, et l'ancienneté des tombes. 






















Le sentier prend fin alors que nous arrivons à une petite crique: la plage de la Palud, d'où l'on peut explorer les fonds marins translucides armés d'un simple masque de plongée. N'ayant pris ni maillot ni matos de plongé, nous nous contentons de nous reposer à l'ombre d'un tamaris et d'écouter bien malgré nous le rapport qu'une grosse dame en monokini fait à tout le monde sur ce qu'elle voit dans l'eau. 


La plage commençant à être prise d'assaut par des gens se foutant à poil sous notre nez, nous décidons de rejoindre le port via le Vallon Noir (zone boisée et riche en araignées plutôt costaudes) et la Route des Forts. 








Une fois au port, nous nous restaurons et savourons de délicieux cocktails sans alcools avant de nous offrir une excursion en Sea Scope. N'ayant pas pu plonger, c'est la bonne alternative. Nous sommes les deux seuls clients pour ce petit Sea Scope local et je passe 15 min à m'extasier sur le nombre de poissons que nous voyons et les 15 autres min à essayer de ne pas vomir tant j'ai le mal de mer (il faut dire que l'odeur de gasoil du bateau n'aide pas).







Notre petite aventure sous marine prend fin juste à temps pour que nous puissions reprendre le bateau vers Le Lavandou. Nous sombrons tous les deux dans les bras de Morphée sur la passerelle et en profitons pour prendre une belle couleur cuivrée, chose à laquelle nous ne sommes absolument pas accoutumés.

Une fois rentrés à Massacan, nous savourons le melon acheté hier et les figues avant d'aller donner les peaux des fruits aux ânes. Kathy et Patrick n'étant pas là ce soir, nous nous relaxons et faisons une grosse sieste à Massacan avant d'aller à Hyères pour souper. Nous optons pour le restaurant La Taverne Royale à l'ambiance médiévale. 



En entrée j'opte pour des moules au curry gratinées et je suis bien étonnée de voir arrivé une cassolette de sauce curry très épaisse dans laquelle nage une tonne de moules. Moi qui m'attendais un à une simple assiette de moules saupoudrées de curry et passées au four, je me retrouve avec un des plats les plus lourdingues que j'ai jamais mangé. Je crains pour la suite mais le poisson du jour, du loup grillé, est une véritable tuerie. La serveuse est de plus adorable, avec sa petite toge de croisés. Nous déplorons tout de même l'absence du voyant tireur de tarot: le restaurant propose en effet un menu tarot tous les vendredi. Pour 40€, nous avons droit à un menu 3 services et au tarot. Nous apprenons que le voyant n'a cependant pas prévu l'accrochage qu'il a eu avec sa voiture ce soir...

Nous faisons une courte promenade digestive à Hyères avant de rejoindre Massacan où nous nous effondrons comme des masses.

Bienvenue ici ! Welcome !

Un joyeux bordel et un véritable mic-mac de ce que j'aime (ou pas), avec photo, jeux débiles, sondages navrants, bref, ma vie quoi ;) N'hésitez pas à laisser un p'tit mot!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...